MARKETING

16 octobre 2017

Facebook, Google et les "fake news"

Partager l'article sur :

 

Depuis plusieurs mois, Facebook et Google et Wikipedia annoncent leur volonté de lutter contre les « Fake News ». Entre modification d’algorithme et création de groupes d’internautes volontaires, nous faisons le point sur les actions entreprises.

 

Article Context

Publié par Facebook sur mercredi 4 octobre 2017


Les vérifications des sources Facebook

Souvent accusé de permettre le relai de fausses informations sur sa plateforme, Facebook va permettre aux internautes d’accéder à des informations supplémentaires concernant un article. C’est à dire que vous pourrez voir les autres sources parlant de la même information. Cette initiative est nommée « Related Articles »

Vous pourrez donc avoir accès au :

  • Informations sur la source récupérée sur Wikipédia
  • Articles sur le même sujet provenant d’autres sources (articles connexes)
  • Informations sur la manière dont les utilisateurs partagent cet article
  • Lieux où cet article est le plus populaire
  • Personnes qui ont partagé cet article

Dans le cas où aucune de ces informations ne serait disponible, l’utilisateur peut être prévenu également.

Wikipedia et Wikitribune

De son côté Jimmy Walesa lance une levée de fond afin de mettre en place des journalistes qui auraient la tâche de vérifier les articles disponibles sur leur plateforme. En plus de cela, Wikitribune serait un nouveau service d’information gratuit et sans publicité. Il est donc ici question de mettre en place des vérifications et de recouper les informations disponibles afin de mettre à mal les Fake News.

 

Au final, qu’est ce que cela change ?

Les articles disponibles sur Facebook ne seront donc pas censurés à priori. L’accent sera mis sur les sources et l’information de l’utilisateur. Facebook s’est entouré de journaux et/ou médias qui mettront à disposition des articles sur le même thème (s’il y en a) des publications signalées. Il s’agît donc de « fact checking », la vérification des faits. Mais le choix des partenaires de Facebook ont soulevé un autre problème. L’ensemble des acteurs qui travailleront en collaboration avec la firme se déclaraient « neutres » et ne sont pas conservateurs. Ce qui a eu du mal à passer auprès des américains qui accusent la société de favoriser la « gauche ». Pour calmer le débat, Facebook s’est donc tourné vers un média conservateur.

Ouf, nous sommes sauvés.

Et vous que pensez vous de ces opérations ? Censure, bonne idée, fausse bonne idée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *